L’explosion des violences policières pendant le confinement : Un révélateur d’un racisme d’Etat banalisé

Déclaration nationale

Au moins dix personnes ont perdu la vie suite à des contrôles de police pendant la période du confinement et plusieurs autres ont été blessées. Ce bilan alarmant d’une institution étatique censée officiellement protéger les citoyens éclaire le processus dangereux qui se déploie dans la police française depuis des décennies. Près de 700 jeunes des quartiers populaires ont ainsi perdu la vie depuis la fin de la décennie 70 au cours de scénarios qui se reproduisent à l’identique : contrôles au faciès qui dégénèrent, courses-poursuite se terminant par des tirs à bout portant, clefs d’étrangement débouchant sur la mort, morts au commissariat pendant la garde à vue, etc. Les victimes ont également des profils identiques : en majorité des jeunes hommes « noirs » ou « arabes » habitant les quartiers populaires urbains. Les suites judiciaires de ces « affaires » sont également d’une grande ressemblance : au mieux du sursis et dans quelques cas marginaux une peine ridicule. Le diagnostic ne souffre d’aucune hésitation : l’institution policière est gangrénée par le racisme, infiltrée de manière importante par l’extrême-droite, garantie d’impunité par le pouvoir exécutif, encouragée par les choix de la « doctrine de maintien de l’ordre » officielle et protégée par un silence des grands médias assourdissant. Les conditions particulières du confinement n’ont fait qu’encourager encore plus intensément le virus raciste circulant depuis des décennies dans la police.

S'unir pour ne pas subir

L’élargissement des violences policières à d’autres catégories de citoyennes et de citoyens au cours du mouvement des Gilets Jaunes et du mouvement contre la réforme des retraites est venu rappeler une vérité première : le silence sur l’injustice pour une catégorie de citoyens est porteuse potentiellement d’une injustice pour tous. Confronté à une crise de légitimité grandissante et à des mouvements sociaux importants le gouvernement peut compter sur cette institution policière protégée de toute sanction, habituée à la répression et à la violence aveugle, formatée idéologiquement par des idées socialement réactionnaires, racistes et sexistes.

L’heure est au dépassement de la stratégie défensive réagissant aux passages à l’acte meurtriers de la police. Nous ne sommes pas en présence de situations isolées qui se succèdent sans liens entre elles ou de «crimes» individuelles ou circonstancielles sans causalités communes. Nous sommes en présence des résultats logiques de choix politiques, des conséquences prévisibles d’une « doctrine de maintien de l’ordre », des effets cohérents d’une impunité systémique, etc. L’Etat français est compte-tenu de l’ancienneté de ces pratiques, de leur ampleur et de la récurrence des scénarios coupable et responsable. Nous sommes en présence d’un racisme d’Etat ancien se muant dans le contexte de crise de légitimité du pouvoir en autoritarisme d’Etat généralisé.

La gravité de la situation appelle une stratégie offensive s’appuyant sur les prises de conscience de la réalité des violences policières systémiques qu’ont suscitées les pratiques des forces de « l’ordre » pendant les mouvements des Gilets Jaunes et contre la réforme des retraites. Il est temps d’initier un vaste mouvement unitaire visant à imposer par le rapport de forces une commission d’enquête indépendante sur le racisme et l’autoritarisme d’Etat. Il est temps de mettre les élus au pied du mur et de les interpeller pour qu’ils relaient cette revendication à l’assemblée. Nous verrons alors les positions des uns et des autres et nous en tirerons les leçons. C’est une commission de ce type qu’ont imposé les jeunes des quartiers populaires en Angleterre en 1981 après une série de révoltes populaires contre les violences policières. Le « rapport Scarman » qui est alors rendu conclu à l’existence d’un racisme institutionnel dans l’institution policière, de discriminations systémiques dans les contrôles au faciès, d’usages « disproportionnés et sans discernement » des pouvoirs, de pratiques de couverture de la hiérarchie conduisant à l’impunité, etc. Faisons grandir cette revendication pour imposer un diagnostic réel de la gangrène réactionnaire au sein de la police et pour imposer une véritable épuration de la police d’une part et des garanties inscrites dans la loi pour les citoyennes et les citoyens d’autre part.

En attendant et en préparation de ce combat ne laissons plus rien passer, soyons solidaires et massivement mobilisés à chaque nouvelle violence policière et crions notre colère.

Nos vies comptent

Pas de Justice- Pas de paix

Quartiers populaires et Corona Virus – Les tirailleurs du corona !

La pandémie du Corona-virus est un excellent révélateur des inégalités de classe, de « race » et de genre du capitalisme mondialisé en général, et de la société française en particulier.

Les politiques économiques ultra-libérales ont, partout sur la planète, accru la vulnérabilité collective dans le même temps où elles ont fait exploser les profits des classes dominantes.

En France elles ont conduit à un affaiblissement des capacités de réaction du système de soin par une baisse continue des budgets dédiés à l’hôpital public.

En Afrique, en Amérique Latine et dans de nombreux pays d’Asie ces politiques ont été imposées par le FMI et la banque mondiale par le biais des Plan d’Ajustement Structurel du FMI et de la Banque mondiale, dont une des conditionnalités pour obtenir un prêt est la baisse des budgets sociaux et la privatisation des services publics.

Le démantèlement des services nationaux de soins dans les pays dominés du Sud annoncent une catastrophe inédite si la pandémie n’est pas jugulée entretemps. De manière similaire la politique de l’Europe forteresse, en fixant en masse les réfugiés fuyant la guerre dans des camps surpeuplés et défaillants en matière d’infrastructures sanitaires, produit et/ou produira un double résultat : une baisse de la capacité à juguler la pandémie d’une part et une sur-morbidité d’autre part. C’est-à-dire un véritable crime de masse.

Si le virus ne connaît pas par nature de frontières de classe, de « race » et de « sexe », nous ne sommes pas pour autant égaux devant la contamination possible. Si le nombre de victimes sera énorme, il ne sera pas également réparti. Le bilan macabre du Corona virus se déclinera également selon la classe, le sexe et l’origine.

D’ores et déjà il est possible de prédire au regard de leurs conditions d’existence et/ou de logement et/ou de travail une surreprésentation des SDF, des réfugiés, des pauvres, des femmes, des mal-logés, des précaires, des classes populaires, des immigrés et leurs héritiers français, etc. L’inégalité structurelle de classe, de « race » et de sexe est en quelque sorte traduite en inégalité devant la mort par le Corona virus.

Si dans les guerres du passé nous avions les tirailleurs africains et indochinois, nous avons aujourd’hui des tirailleurs du corona.

Le choix gouvernemental de maintenir au travail des millions de salarié-e-s dans des secteurs non essentiels pour préserver les profits est criminel. La limitation des stocks pour diminuer les coûts selon la logique ultralibérale l’est tout autant. Elle conduit à la pénurie des masques contraignant des millions de salarié-e-s à travailler (y compris dans les métiers de contact) et à utiliser les transports en commun sans protection.

Le bilan macabre étant incontournable, c’est désormais autour de son explication que se déploie l’offensive idéologique de l’Etat et de ses appareils. La mise en scène à longueur d’antenne et de discours officiels de l’irresponsabilité et de l’incivilité face au confinement a pour objectif de masquer les causes économiques et politiques de la catastrophe. Une telle mise en scène autorise en outre l’appareil policier à tous les abus dans les quartiers populaires pour mettre au pas les sauvages ou les sauvageons.

Plus que jamais l’heure est à l’organisation et à la mobilisation pour imposer un autre monde qui n’est pas seulement possible mais également nécessaire et urgent.